Alami Ouahabi Fouzia
  • 19
  • 01

Fouzia Alami est née en 1949 à Fès. C’est une artiste complète, autodidacte et aux nombreux talents. A la fois peintre, photographe, inventeur, écrivain et poète, elle interpelle par sa singularité, son engagement et sa sensibilité.

En effet, Fouzia Alami aime la peinture lyrique. C’est une peinture qui lui « procure un réel bien être » et qui lui permet de diluer ses tensions intérieures, comme elle le dit si bien. Peindre est un voyage et cela se ressent dans ses œuvres. Tantôt vives, tantôt sombres, les couleurs s’entremêlent et donnent une impression de mouvement, d’émotion et de liberté.

Sa première exposition individuelle a lieu en 1999 pour « Délires ».

Fouzia Alami est également poète. A l’occasion de son premier vernissage, elle accompagnera d’ailleurs ses œuvres d’un poème : «Délire». Dans ses poèmes, elle cherche les émotions les plus profondes et les transmet sur papier. Elle offre au lecteur un hymne à la liberté, un hymne à l’amour « Cocon d’amour » écrit en 1998.

Son amour pour l’art ne s’arrête pas là puisqu’elle est également passionnée de photographie. En 2011, elle expose sa série «Chambre d’artistes » à la Galerie de la Fondation Mohamed VI de promotion des œuvres sociales de l’Education.

Fouzia Alami est une femme engagée pour l’art et la culture mais également pour les enfants. Elle écrit deux contes : « J’ha et le sida  » (1996, Najah El Jadida) qui lève les tabous et sensibilise sur les dangers du sida ainsi que « Hdiddane Lahrami » (2002, Najah El Jadida) qui sensibilise les parents et les enfants sur les dangers de la pédophilie.

Son engagement pour l’art et la culture s’est fait assez tôt puisqu’elle est membre fondateur de la Coalition Marocaine pour la Culture et les Arts puis Vice-Présidente de l’Association Marocaine d’Art Photographique.

Sa passion et son talent lui ont valu d’être plusieurs fois médaillée : Double médaillée d’or Brussels Eureka (1996), médaillée de bronze au 3ème  Salon de Chine (1996) et médaillée d’or de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle à la Meilleure Femme Inventeur (Juin 1996).

Tout au long de sa carrière d’artiste, Fouzia Alami a participé à de nombreux salons et expositions comme le Salon National d’Art Photographique (1999, 2000, 2002 et 2003) ou l’Exposition Féminine Internationale du Moussem Féminin d’Assilah (2003, 2004, 2007, 2009 et 2010) ainsi que de nombreuses expositions collectives.

En 2007, elle participe à l’Exposition Internationale de Photographie de Kiev en Ukraine avec l’AMAP.

En 2010 elle participe à la 12ème Altonale « Modern Art of The Arab World » en Allemagne.

Fouzia Alami nous a quittés en février 2020 après avoir continué ses recherches photographiques en immortalisant des fleurs, des natures mortes, des scènes du quotidien de certains artistes tels que « Danseurs et joueurs au feu ».

 

Série  » Nature morte »

« 1 de 3 »